Demain est un autre jour

GONE WITH THE WIND, Vivien Leigh, 1939

J’ai toujours aimé écrire. D’ailleurs j’écris tous les jours.

Les « pages du matin », vous connaissez ? Si vous avez lu le livre de Julia Cameron, vous connaissez certainement. J’ai commencé il y a presque une année et je n’ai pas encore loupé un seul jour ! C’est devenu un rituel incontournable.

A part les pages du matin, j’écris aussi des chroniques. Pas tous les jours, mais presque. Certaines je les publie sur mon blog et d’autres je les garde en réserve.

Actuellement je suis en train d’écrire une histoire complètement inventée. Un chapitre à la fois. Je ne connais pas la suite ou la fin de l’histoire. Je l’invente au fur et à mesure.

C’est très amusant ! Tous les jours, je me demande comment ça va se terminer. Pour l’instant, je n’en ai pas la moindre idée. Tout ce que je sais, c’est que j’ai du plaisir à écrire. Et tant que ça me procure du plaisir, j’écris.

J’aime aussi aller chercher des informations pour les détails de mon histoire. La 5ème Av. est tellement grande qu’on pourrait s’y perdre. Et comme je n’y suis jamais allée, il me fallait quand même quelques détails pour mon histoire. D’ailleurs, maintenant, c’est comme si j’y avais vécu. C’est marrant !

Quand je lis, c’est pareil. Si le bouquin m’inspire, je suis capable de le lire d’une traite. Quand je regarde l’heure tardive, je me dis : encore un chapitre et après j’arrête. Mais évidemment je n’arrive pas à m’arrêter, alors je finis le livre.

Depuis que j’ai commencé cette histoire sur la 5ème Avenue, je n’arrive pas à lire un nouveau livre. J’ai peur de perdre l’inspiration et de refaire ma « dévoreuse de livres ».

Alors en attendant le prochain chapitre, j’écris d’autres chroniques. Pour ne pas perdre le rythme.

Comme disait Scarlett : demain est un autre jour…. 😉

 

Dans la peau d’un parasite…

malade

C’est clair et net que je n’aime pas du tout devoir prendre des médicaments, en tout cas pas ceux chimiques. En général je ne suis jamais malade, donc la question ne se pose même pas.

Mais à certaines saisons, comme par exemple en hiver, je n’y échappe pas ! C’est cette bonne vieille grippe qui vient me plomber le moral (qui, soit dit au passage, ce dernier n’était déjà pas vraiment au beau fixe au début de l’année, mais ça, c’est un autre sujet…).

Dans ces cas, il y a 2 médocs que j’ai toujours dans ma pharmacie et qui me rendent bien service : le Dafalgan pour la fièvre et les gouttes pour les narines bouchées.

C’est vrai quoi. Chaque année c’est pareil. Il suffit que parfois je laisse, involontairement, traîner un pied hors du lit, et hop ! je chope une belle crève. C’est ce qui m’est arrivé la semaine passée (la grippe, hein, pas le pied hors du lit..). Mais comme je ne suis pas un mec (sorry pour ceux qui se sentent visés), je ne me plains pas et je sais que c’est très courant pour la saison. Donc, je fais avec (« demain est un autre jour »… comme disait ma copine Rossella).

Alors, passons en revue les différentes façons d’exterminer ces parasites (là, c’est peut-être une déformation professionnelle qui m’a été transmise par mon ex boss, alors je m’en excuse) : pour le nez qui coule, j’ai toujours des mouchoirs. Pour les narines bouchées, là, pour pouvoir dormir, c’est direct les gouttes avant dodo. Pour le mal de gorge, je bois une bonne tisane (je ne veux pas faire de la pub, mais je trouve les tisanes Sidroga excellentes !). Pour la fièvre, un petit Dafalgan avant de se coucher et ça devrait faire l’affaire (mais sans en abuser !). Mais pour la toux…surtout la nuit… là, je sèche ! J’ai tout essayé ! Et je dois vraiment me résoudre à passer des nuits blanches ou assise dans mon lit, ou sur le canapé avec les chats (ces derniers, soit dit au passage, ne comprennent pas qu’on est en pleine nuit et donc ils veulent jouer… évidemment !).

Petite parenthèse. Par pitié, ne venez pas tous en même temps pour me donner vos précieux conseils pour que je puisse enfin dormir ! Vous êtes choux et adorables, merci, mais laissez tomber. Mieux encore, faites comme si l’histoire était inventée et rigolez un bon coup (mais pas trop quand-même, hein ?).

Mais revenons à nos moutons. Euh non, pas eux…. Ils sont trop nombreux et ils m’empêchent de dormir. Revenons à ma toux. Je disais donc, que j’ai tout essayé, même de noyer le poisson (Maurice, si tu nous écoutes, je plaisante !), afin qu’il puisse rejoindre sa compagne, décédée auparavant (ma « coloc » sait de quoi je parle….n’est-ce pas ma chérie ?).

Selon une étude très sérieuse (oui…. toujours lui….désolée), la grippe ou Influenza (en italien dans le texte), ne dure que 9 jours (plus ou moins… on ne va pas chipoter pour un jour ou deux).  3 jours d’incubation, 3 jours en plein dans le mille et les 3 derniers jours, elle se casse (enfin !).

Alors, selon ma calculette, et si mes souvenirs sont bons, il me reste environ 4 ou 5 jours et après, à nous les Mojito (ça, c’est un clin d’œil à ma formidable «coloc» qui se reconnaîtra).

Si ça se trouve, à l’heure où vous me lisez (parce que vous vous doutez bien que je n’ai pas pondu cette chronique en ce moment même, n’est-ce pas ? suis quand-même pas une poule…), je serais probablement déjà guérie et entrain de faire la bringue quelque part… **

Voilà. Maintenant vous avez tous les outils nécessaires pour vous débarrasser des parasites….

Ciao, à plus.

**Note de la rédaction : cette chronique a été « pondue » vendredi soir, avant d’aller au match de hockey, donc, selon ma calculette, l’histoire des Mojito devra attendre encore quelques jours…

 

 

 

Dans la peau d’une dévoreuse de livres…

livres

En général, je mets en scène mes « loulous » parce qu’il ne se passe pas un jour sans qu’ils ne fassent une quelconque bêtise.

Mais là, exceptionnellement, on va faire abstraction des félins.

Je ne sais pas si c’est à cause de la grippe, qui m’a «coincée» à la maison pendant 24 heures, mais, contrairement à ce qu’on pourrait s’attendre d’une personne « malade » (non, le mec là-bas, je ne suis pas mourante….) je déborde d’inspiration !

Bon, j’avoue que le fait de dévorer des livres à longueur de journée peut modifier mon état normal…

Je ne vous ai pas encore dit que j’ai une bibliothèque qui déborde de livres ? Il y a quelques jours, j’ai entrepris la pénible tâche de ranger ladite bibliothèque… Quelle idée ! Mais comme j’ai pas mal de temps libre, autant en profiter. Paris gagné ! (non, je n’ai pas gagné un séjour à Paris, calme toi !).

J’ai découvert, avec plaisir, des livres dont je ne me souvenais même plus l’existence et d’autres qui ne m’apportaient plus de joie (petit clin d’œil à la Magie du rangement de Marie Kondo).

L’autre jour, je suis allée à la Fnac pour voir s’ils avaient un livre dont j’avais vu la référence dans un autre livre (oui, ça arrive ! c’est comme ça qu’on se retrouve avec tout plein de livres !). Etant donné que le livre était en commande, j’ai profité de faire un petit tour dans les rayons…

Là, je fais une petite parenthèse. Ce lieu, appelé Fnac (ou tout autre endroit où on peut acheter des livres) ne devrait pas exister ! Ou bien il devrait être fermé lorsque je sors de chez moi (c’est-à-dire toujours !).  D’ailleurs, on devrait carrément interdire ces lieux de perdition !

Je disais donc que j’en ai profité pour faire un petit tour…. Et devinez quoi ? Je suis ressortie avec non pas 1, mais 5 livres ! Au secours ! Pourquoi tant de haine ?

Mais rassurez-vous, j’ai réussi à faire de la place dans ma bibliothèque…

Si je vous avoue un autre truc totalement absurde, vous n’allez pas rigoler ? Promis ? (de toute façon, même si vous rigolez ou vous vous foutez de moi, j’en saurais strictement rien et c’est tant mieux !).

Alors, le truc inavouable… (roulement de tambours….) c’est qu’en plus de la Fnac (et autres librairies), je vais une fois par semaine à la bibliothèque…. Oui, je sais, ça craint !

A chaque fois, je me dis que j’ai déjà assez de livres à lire, alors pourquoi en emprunter d’autres à la bibliothèque ?

Je ne sais pas quoi répondre. Je crois que je suis accro…

Mais la bonne nouvelle, d’après des études très sérieuses (au fait, d’après Google), c’est que lire ça rend super intelligent !

Je savais que j’avais un truc en plus…

Ciao et à bientôt !

 

 

Ma domestiquée et moi…

chanel

 

  • Il paraît qu’elle veut te domestiquer…

Mais alors, personne ne lui a dit que c’est le contraire qui se passe en général ?

Et pourtant, je sais qu’elle ne croit plus au Père Noël (désolée les enfants…. Il ne fallait pas lire !  Allez, ouste !).

Alors comment peut-elle croire que c’est elle qui commande à la maison ?

  • Parce qu’elle paie un loyer ?

Objection non retenue ! Je lui fais la déco GRATOS !

  • Parce qu’elle te nourrit ?

Objection non retenue ! Je préfère aller chasser (mais j’avoue qu’à part des insectes en été, il n’y a pas grand-chose sur le balcon…).

  • Parce qu’elle t’aime d’un amour inconditionnel ?

Objection non retenue ! Moi aussi je l’aime, à ma façon.

  • Et quels sont tes arguments pour affirmer que c’est toi qui l’as domestiquée ?

Premièrement, je fais ce que je veux à la maison, elle n’a pas son mot à dire !

Deuxièmement, elle adore quand on fout le bordel chez nous ! Comme ça, elle passe plus de temps à nettoyer et à ranger et moins de temps à râler.

Troisièmement, il suffit de lui faire les yeux doux et on obtient tout ce qu’on veut !

  • Alors, si j’ai bien compris, c’est elle qui vit chez vous ?

Exactement ! D’ailleurs, il va falloir qu’on lui demande une participation pour tous les services rendus…

Gros miaou et à bientôt.

Chanel

Je veux vivre avec un acouphène

acouphene

 

  • T’es sérieuse ?

Je sais, ce n’est pas le Prince Charmant…. Mais y en a bien qui vivent avec des chats

  • Je ne vois pas le rapport

Et pourtant, si on décortique un peu, c’est presque pareil

  • Tu veux bien développer ? Je suis un peu perdue…

J’ai deux chats et ils me rendent aussi folle que mes acouphènes

  • Oui, mais de là à comparer les situations, tu exagères !

Oh non, je n’exagère pas.
Prends Filou, par exemple. Quand il miaule toute la journée, c’est «mes acouphènes» … mais avec des haut-parleurs.

  • Et Chanel alors ?

Elle, c’est l’image et mes acouphènes sont le son

  • Mais tu gères la situation, n’est-ce pas ?

Je suis presque tentée de dire « je n’ai pas le choix », mais étant donné que j’ai banni cette expression de mon vocabulaire depuis des lustres, je vais répondre simplement OUI !

J’aime les chats depuis toujours et j’ai mes acouphènes depuis mon jeune âge. Donc, oui, je gère ! Je dois dire que parfois c’est même drôle…

  • Comment ça, drôle ?

Quand les chats sont tranquilles (rassure toi, ça ne dure pas plus de 5 minutes !), je peux enfin écouter les douces « mélodies » de mes acouphènes. Même si parfois ce ne sont pas de douces mélodies, mais des bruits assourdissants !

  • Des bruits assourdissants ? De quel gendre ?

Oh il y a de tout. La chasse d’eau qui coule toute la nuit, des grincements, des jacassements, des croassements, des sifflements, etc. La liste serait trop longue, mais je t’assure que je ne m’ennuie pas !

  • Et si tu mets des Boules Kies, ça atténue un peu ces bruits ?

Pas du tout, ça ne change rien. Ce ne sont pas des bruits qui viennent de l’extérieur. Ce sont des bruits qui sont en toi. 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

  • Il n’y a pas de remèdes ou de traitements ?

Pour mon cas « chronique », je ne pense pas. A l’époque, je n’ai pas soigné un tympan perforé (ce qui a probablement causé les premiers signes d’acouphènes). Mais je ne désespère pas. Peut-être qu’un jour quelqu’un trouvera le remède miracle !

  • Et les chats dans tout ça ?

Les chats font partie de ma vie.  J’aime bien les intégrer à mes chroniques, même si cette-fois ce ne sont pas les interprètes principaux, ils sont toujours présents.

P.S. Cette chronique a été écrite avec la collaboration de Chanel (pour la correction).

 

 

 

 

Dans la peau d’un ostéopathe…

filou

Contrairement à ma petite sœur Chanel, qui soit dit en passant est une vraie petite peste, je suis un peu plus calme mais assez caractériel.

Quand je suis arrivé à la maison, j’avais déjà 3 ans et tout un passé derrière moi. Mon ancienne domestiquée était malade et nous étions 3 chats orphelins lorsqu’elle est décédée en mars 2014. Mon grand frère Pacha était âgé et très malade et ils nous a aussi quittés quelques mois après notre arrivée dans notre nouveau foyer.

Chaque chat est différent. Moi je suis très timide, j’ai peur du moindre bruit et je me cache dès que j’entends la sonnette et on ne peut pas me toucher (sauf Maman et quelques rares autres personnes).
Par contre il y a une chose que je fais très bien et très souvent, c’est miauler ! Quand Pacha est parti, j’ai commencé à miauler jour et nuit sans interruption… Vous pouvez imaginer ma pauvre Maman qui ne savait plus quoi faire. Mais je sais qu’elle était triste autant que moi. Après des mois de nuits blanches, Maman a pensé que je m’ennuyai et c’est pour cette raison qu’elle a craqué pour ma petite soeur…. D’ailleurs, si elle pouvait, je suis sûr qu’elle en reprendrait encore un… C’est plus fort qu’elle, quand elle voit un chat, elle craque.
Si les premiers mois depuis l’arrivée de Chanel j’ai arrêté de miauler tout le temps, c’est parce qu’il fallait que je m’occupe de l’éducation de la petite. Mais, entre nous, ma tâche n’était pas facile. Elle ne m’écoute jamais et elle n’en fait qu’à sa tête. Maintenant qu’elle a passé une année (elle aura 2 ans en août), j’estime qu’elle peut se débrouiller tout seule. Et de toute façon il y a toujours Maman qui veille sur nous.

Je ne saurai vous dire pourquoi je suis différent, mais j’ai la chance que Maman m’aime tel que je suis, même si parfois ça l’agace que je miaule à longueur de journée.
Heureusement que la petite ne sait pas miauler, autrement je pense que Maman aurait déjà pété un câble (excusez l’expression..).
C’est vrai quoi… Entre moi qui a l’air toujours angoissé et la petite qui refait la déco, y a de quoi déstabiliser toute une maisonnée…

Mais mon truc à moi, c’est les massages. Tout d’abord j’avais remarqué, depuis mon arrivée à la maison, que la couverture sur le canapé (placée exprès pour moi) avait vraiment besoin de mon aide ! Elle avait l’air tellement triste… J’ai donc entrepris un long travail de malaxage, digne d’un vrai pro ! Ensuite, j’ai essayé mes dons sur Maman et elle semble apprécier les bienfaits de mes massages (sur la photo, on me voit en plein travail sur Maman et la petite, derrière, qui fait semblant de dormir) .
Bien sûr, toutes les couvertures de la maison ont eu droit à mes services.

Je pense avoir ce don depuis la naissance et je sais, pour sûr, que ce n’est pas donné à tout le monde. Prenez ma petite sœur : elle est incapable de le faire ! Elle se met toujours à côté de moi quand je travaille, mais elle ne fout rien, à part me distraire avec ses bêtises.

À la fin d’une séance, en général je suis très fatigué, alors il faut que je me repose un peu pour recharger mes batteries pour les prochaines séances.

Maman est fascinée par mon don ! Elle me regarde toujours avec plein d’amour dans ses yeux !

Un gros miaou et à bientôt.
Filou

Dans la peau d’une décoratrice d’intérieur…

filouchanel

 

C’est clair que j’ai une belle vie, je ne vais pas le nier.
Le matin, quand Maman se lève, je vais lui dire bonjour avec un gros câlin et des ronrons (je sais qu’elle adore ça). Et pendant qu’elle prend son café, je fais le pot de colle (ça, je ne suis pas sûre que ça passe comme une lettre à la Poste).

Quoi qu’il en soit, je ne la lâche pas d’une semelle tant qu’elle ne m’a pas pris dans ses bras. J’adore me balader dans l’appartement en étant dans ses bras. D’ailleurs c’est notre rituel du soir, pour nous faire comprendre, à mon frère et à moi, que c’est l’heure du dodo.

Pendant qu’elle vaque à ses occupations, j’en profite pour refaire un peu la déco de l’appartement (ne vous inquiétez pas, je suis diplômée !). Ensuite je m’amuse un peu avec mon frère et parfois je l’embête et on se chamaille. Et quand je suis complètement crevée (y a du boulot pour la déco !), je vais m’installer à côté de mon frère pour faire une petite sieste (sur la photo, la jolie fille en blanc c’est moi !).

J’ai de la chance d’avoir un travail passionnant ! Être décoratrice d’intérieur demande beaucoup d’imagination et de souplesse. Je ne suis pas une fonctionnaire, donc je ne compte pas mes heures ! Parfois je travaille même la nuit, pour faire une jolie surprise à Maman quand elle se réveille.

Des fois je demande de l’aide à mon frère pour la déco, mais je dois dire qu’il n’est pas très coopératif… Alors je préfère me débrouiller toute seule !
L’autre jour, par exemple, j’ai voulu donner une touche personnelle au vieux canapé du salon (NDLR: qui était en très bon état avant SON arrivée). Je trouvais le tissu un peu démodé… alors je l’ai déchiré et maintenant ça fait plus « tendance ». Je suis fière de moi !

Mais je ne crois pas que Maman apprécie mon travail à sa juste valeur, étant donné qu’elle a recouvert mon chef d’oeuvre avec une couverture…. Alors, de temps en temps, je déplace la couverture pour lui rappeler que ce travail d’artiste, c’est moi qui l’a fait !  Je suis sûre que, d’ici quelques années, ce canapé aura une valeur inestimable après ma touche personnelle (même la déchetterie n’en voudra pas, tellement il est beau !).

Mon frère est un peu plus calme que moi (à part quand il miaule pendant des heures sans qu’on sache exactement ce qu’il veut). C’est vrai qu’il est un peu plus âgé que moi et qu’il a eu une bonne année, avant mon arrivée, pour s’occuper de la déco. Sa spécialité à lui, ce sont les rideaux. Je ne sais pas pourquoi, mais moi je préfère les tissus et tous les bibelots. D’ailleurs je suis très ordonnée. Dès que je vois quelque chose qui traîne sur une table, je m’empresse de la remettre ailleurs… C’est un peu comme jouer à cache cache, parce que Maman ne retrouve plus rien !

On s’amuse vraiment bien à la maison et je suis très heureuse !
Un gros miaou et à bientôt.
Chanel