Accueil » Break » Les fantômes virtuels

Les fantômes virtuels

fantome

« Partir, c’est mourir un peu », chantait Yves Montant. Etre sur Facebook, ça peut être ne mourir qu’un peu répond La Liberté.
Oui, les réseaux sociaux d’Internet comme Facebook ne s’arrêtent pas avec la vie. Le quotidien s’intéresse, à son tour, à cette « déviation facebookienne ». Il y a aurait quatre millions de fantômes sur Facebook, au grand désarroi des proches d’internautes décédés qui continuent parfois une existence cybernétique sur la Toile. Des clones de « Betteljuice », le personnage du film de Tim Burton en moins exubérants.

Témoignages recueillis par Nicolas Maradan comme celui de cette femme qui continue de voir apparaître le nom de la soeur d’un ami, décédée il y a trois ans… Ou cette habitante de Fribourg qui a constaté que le profil d’un ami récemment disparu est toujours accessible à travers le réseau social. Une situation résumée par cette formule sortie de l’imagination du dessinateur de la Liberté: « les paroles s’envolent les profils restent. MDR ». Hanter le Web, c’est un état d’esprit.

Face à ces tendances, les réseaux sociaux, Facebook en tête, ont compris l’importance de gérer aussi la « mort virtuelle » de leurs utilisateurs. Avant de s’occuper de l’au-delà, Internet lorgne du côté de la médecine. Et là, nous explique l’enquête d’Anne-Muriel Brouet dans 24Heures,  Internet n’a pas encore détrôné le médecin.

Si, à la moindre égratignure, sept Suisses sur dix se ruent sur la Toile, le praticien est loin d’être tombé de son piédestal. Bref, face à un problème de santé, 90 % des gens se tournent vers leur médecin et seulement 17 % font confiance à internet. Néanmoins, à l’heure où la télé-consultation se généralise, le lien avec Internet devient de plus en plus étroit.
La pratique de la médecine en ligne qui vient d’être autorisée en France est déjà en vigueur en Suisse où le domaine est en pleine expansion.

Tiré de la Revue de presse (novembre 2010)

Advertisements
Cette entrée a été publiée dans Break. Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s