Accueil » Break » Madame Bavarde

Madame Bavarde

madamebavarde

Le samedi, c’est plus cool… on se laisse aller avec des sujets « soft ».

Il faut savoir que  les femmes parlent trop. Toujours, dans tous les contextes, elles parlent (trop) : avec les autres femmes, avec leurs partenaires, avec leur animal domestique, au  téléphone, quand elles se chamaillent, quand elles sont dérangées, etc. Mais surtout, elles parlent trop quand elles sont amoureuses.

Je vous assure, je parle en connaissance de cause.
Je n’ose presque pas l’avouer, mais aussi ma mère parle trop. Certaines femmes avec lesquelles je travaille, parlent trop. La nana du magasin où j’achète mes fringues, parle trop.

Bref, nous, les nanas, ont causent trop !

D’une part on pense que c’est notre droit le plus strict de causer autant. D’autant plus que maintenant tout le monde sait que dans le cerveau féminin, l’espace  consacré au langage est plus élevé que chez les hommes … D’autre part, nous sommes convaincues que tout doit être dit, analysé, sélectionné, centrifugé, mangé et digéré (le tout en même temps évidemment) dans une conversation, une relation, ou une amitié.

Quand les femmes se glissent dans une relation plus ou moins stable, elles commencent un ballet de gestes et comportements, plus ou moins conventionnels et socialement acceptables (du moins, dans le cercle des amies, où les discussions durent des heures entières et sont tout aussi passionnées qu’enflammées).

L’homme en question devient le centre de notre monde et de lui nous attendons un ensemble de gestes stéréotypés qui n’ont pas d’autre fonction que de nous rassurer. Par exemple,  le matin, il doit nous donner le bonjour avec un texto (s’il n’est pas avec nous), au déjeuner, étant donné qu’il s’agit justement d’une «pause», il devrait nous appeler, et, chaque moment de libre, il doit le passer avec nous. Nous attendons, entre autre, qu’il nous invite à dîner, qu’il nous offre régulièrement des fleurs, qu’il se souvienne  de tout ce qui doit être retenu,  pour nous, il doit nous faire des compliments nous jurant l’amour éternel. Et aussi, après l’amour, nous chuchoter des mots romantiques. Sans oublier, avant de s’endormir, de nous envoyer un autre texto pour la bonne nuit.

Si, par mégarde, le pauvre gars, une fois ou deux, ne fait pas ce qu’on attend de lui (tout ce qui est énuméré ci-dessus est basé sur une accumulation de fantasmes malsains et irréalistes alimentés en grande partie par le cinéma), la femme devient capricieuse, obsessionnelle, prétentieuse et exigeante. Elle se comporte comme si elle n’avait pas une once d’estime de soi et comme si son monde tournait uniquement autour de sa victime (le pauvre gars en question).

Ce comportement,  avouons-le, est décourageant. Franchement, qui n’a jamais agit de cette façon au moins une fois dans sa vie ? Ok, je veux bien admettre que ce genre de comportement on peut l’avoir vers les 15-20ans et ensuite, en théorie, on devrait avoir « grandit » et on évite ces conneries. N’est-ce pas ?

Il faut aussi dire que les femmes parlent trop d’amour. Les femmes pensent trop à l’amour. Les femmes ont des attentes irréalistes quant à l’amour (le Prince Charmant ?).
Exemple: je me vante de savoir faire le meilleur gâteau au chocolat de la Planète (je vous rassure, ce n’est pas vrai, c’est juste un exemple). Dans ce magnifique gâteau, le  «chocolat» est l’ingrédient principal.  Mais si je ne mets pas d’autres ingrédients et dans les bonnes quantités, ce gâteau serait dégueulasse.

Tout ça pour dire que notre vie est un gâteau (au chocolat, à la cannelle ou aux pruneaux, peu importe), et nous pouvons nous dire que le principal ingrédient est le chocolat (l’amour) ou la cannelle (travail) ou les pruneaux (amis), mais, ce qui le rend vraiment bon et digne d’être mangé, savouré et apprécié, c’est le mélange équilibré de toutes ces choses.

Je ne prétends pas dire ou écrire quelque chose de nouveau ou de révolutionnaire, mais il va sans dire que si à un certain moment de votre vie, le travail a un arrière-goût laxatif et que vous déversez toutes vos peurs, vos attentes et vos rêves de réalisation du bonheur sur votre partenaire, c’est sûr que le gâteau sera complètement raté ! Parce que l’amour n’est pas la solution à tous les maux, et ce n’est pas non plus la clé d’entrée au paradis. C’est une relation, qui réalise un aspect de mon être. Ce n’est pas un substitut à d’autres relations. Lorsque cela arrive, nous rendons « pauvre » notre vie et nous nous faisons du mal.

En bref, nous donnons un coup de pied dans le cul à notre potentiel et nous finissons par « lasser » ceux qui nous entourent.

Publicités
Cette entrée a été publiée dans Break. Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s